Le mouvement Dan Na Amba Sagou ou « les chasseurs se confient à Dieu »

 

Une milice d’auto défense dogon majoritairement composée de chasseurs

« Le jeu en vaut la chandelle, situation oblige », confesse un observateur. La situation sécuritaire qui inquiète tout le pays appelle chacun à prendre des initiatives pour sa propre sécurité. A l’instar de certaines communautés, qui ont créé des milices d’auto-défense, un certain nombre de chasseurs dogon mettent à jour leur mouvement pour la sécurisation de leur contrée.

C’est le 02 décembre, à travers une correspondance, qu’ils ont informé l’association Gina Dogon avec ampliation aux différents préfets des cercles de Bankass, Bandiagara, Koro et Douentza.

Selon la correspondance, ce mouvement existe depuis quatre ans.  C’est au regard de la situation sécuritaire dramatique qu’il a pris le problème à bras-le-corps pour défendre et préserver la stabilité dans tout le pays dogon.

Le chef de file des combattants, Youssouf Toloba, regrette les nombreuses pertes en vies humaines perpétrées par des ennemies de la paix dans le milieu dogon. Il appelle l’état à déployer, dans un bref délai, des camps militaires dans les différents cercles.

Pour acter leur  correspondance, ils se sont regroupés dans la commune de Ouo, le mercredi  07 décembre. Sur place, ils ont pris des initiatives et pour le futur. La commune de Ouo se trouve à cheval entre Bandiagara et Bankass sur la falaise de Bandiagara.

En  attendant la réaction officielle des autorités, les hommes de Toloba sont déployés dans les différents cercles du pays dogon et voisin qui connaissent le même problème, notamment : Tenenkou, Youarou, Djenné et Tominian.

Benjamin SANGALA Source L’Espérance

Retour à l'accueil