CAN 2017 : Analyses après la première journée

Le Sénégal, pour une fois,  joue sur sa vraie valeur.  C’est-à-dire,  sa qualité athlétique. Mais il aura du mal contre une équipe joueuse. C’est déjà évident que les maghrébins auront du mal comme chaque fois qu’une Can se joue sous les tropiques.  Particulièrement en dessous de la ligne de l’équateur ou dans le golfe de Guinée. Seul l’Egypte arrive souvent à tenir.

L’Arbitrage : jusque-là correct,  alors que Bakary Gassama, le meilleur sifflet n’a pas encore officié.
Palme des meilleurs supporters  pour l’instant : RDC, Togo, Côte d’Ivoire, Burkina et Sénégal Infrastructures de dernières générations mais configuration laissant à désirer.  Tribune de presse souvent éloignée de la zone mixte et de la salle de conférence de presse et lieux mal signalés ou pas assez visibles.

Joueurs à suivre de près : Zezinho de la Guinee Bissau, Lalawale du Togo. J’ai aimé le trio  zimbabwéen Bhilliat – Katsande et Musonda. Mahrez, Ayew,  Aubameyang,  Sadio Mane ont déjà marqué. Les stars de la CAN seront de sortie. Essam El Hadary, le gardien de l’Égypte est entré dans l’histoire avec un match d’écran à 44 ans et un brassard de capitaine retrouvé. Abdoulaye Diallo, le gardien sénégalais et Onyango de l’Ouganda sont à voir de près pour leurs magnifiques prestations.

Entraîneurs : Claude Leroy, il a fâché la presse  sportive en réservant ses interviews en priorité à la presse togolaise. Hugo Broos, Coach Micho, Ibenge , Aliou Cisse  doivent confirmer la bonne gestion de leurs groupes respectifs .

Cocan : mention spéciale pour la disponibilité et la  réactivité.  Surtout, le respect pour les accrédités.  Ce qui n’est pas le cas de certains employés de Lagardère qui se comportent en petit chien méchant alors que l’on peut bien être ferme tout en restant poli et courtois .

Prince Zull : Consultant sportif

Un Zimbabwe qui surprend et qui risque de  faire tomber un des grands du groupe B. Un bon Sénégal qui semble confirmer sa forme mais quand même attention à la défense on l’a vue, en deuxième partie de jeu,  la Tunisie a manqué de réalisme. Une équipe plus efficace ferait mal aux Lions de la Téranga.

Source AFRIKMAG

Retour à l'accueil