Conférence nationale de l'Adema-PASJ

Les militants dénoncent les frustrations et les humiliations subies  de la part du RPM

Le samedi 25 mars dernier, le parti Adema-PASJ a tenu,  au Pavillon du Stade Modibo Kéïta, sa 15ème  Conférence nationale. Ses compétences et les militants du parti qui doivent y prendre part sont précisés dans les articles 24, 25, 26, 27, 28 et 29 des statuts du parti.

La Conférence Nationale du Parti est l’instance suprême entre deux Congrès. Elle est convoquée par le Comité Exécutif et veille au respect de l'orientation générale, des principes, des statuts et règlement intérieur du Parti.
La Conférence Nationale du Parti a  le pouvoir de délibérer sur les textes d’orientation générale et les programmes électoraux du Parti, les accords politiques avec d’autres formations avant soumission au Congrès, la décision de dissolution d’un organe du Parti, l’exclusion du Parti, les rapports du Comité Exécutif et des Commissions Nationales Spécialisées, l'élection du Candidat du Parti aux fonctions de Président de la République.
Tenue en une seule journée, elle a été dense en activités et sanctionnée par des résolutions fortes et des motions. Parmi les recommandations, celle qui a suscité le plus de débats et la plus attendue aura été la recommandation relative à la candidature du parti à la présidentielle de 2018. Finalement, les conférenciers se sont accordés à inviter le Comité Exécutif à engager dans les meilleurs délais le processus de choix du candidat du parti pour la présidentielle de 2018. Les conférenciers n'ont pas manqué également de signaler toutes les frustrations, les humiliations que les militants du parti subissent de la part du RPM.
Malgré l'apport inestimable du parti à la stabilité du pays, malgré son poids politique et électoral, les militants estiment être écartés des grandes instances de décisions qui engagent la vie du pays. Les débats ont révélé que la majorité des conférenciers n'est pas satisfaite de la gouvernance actuelle et souhaite que des efforts remarquables soient faits pour l'améliorer. Des conférenciers, par moments, déçus et révoltés par le compagnonnage, malgré la loyauté du parti. "L'Adema est incontournable dans la conquête et l'exercice du pouvoir au Mali, alors pourquoi ses dirigeants ne s'assument pas et ne sont jamais à l'écoute des militants à la base pour conquérir et exècre le pouvoir d'Etat par eux-mêmes?" se sont interrogés beaucoup d'intervenants. Enfin, ils ont invité la direction nationale du parti à être plus audible sur les questions essentielles du parti tout en réaffirmant leur appartenance à la majorité présidentielle.
Plus de 300 délégués ont pris part à l'événement dont une vingtaine de partis amis. Elle a été une occasion pour comprendre la perception que les structures à la base ont du parti et de ses premiers responsables. Vivement la 16è conférence nationale.
Bréhima Traoré, L'Espérance

 

Retour à l'accueil