Journées nationales de la courtoisie sur la route

Pour une meilleure protection de tous les citoyens sur l'espace routier

Afin de concrétiser la vision du Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta en matière de sécurité routière, le ministère de l'Equipement, des transports et du désenclavement, à travers l'Agence Nationale de la Sécurité Routière (ANASER), a organisé les 24 et 25 mars dernier la septième édition des Journées nationales de la courtoisie sur la route. La cérémonie était présidée par le ministre de l'Equipement, des transports et du désenclavement, Traoré Seynabou Diop.

Pour Traoré Seynabou Diop, « chaque année dans le monde, plus de 270 000 piétons meurent sur la route. Au Mali, en 2015, cent vingt-cinq (125) piétons ont trouvé la mort sur la route. Ce qui représente 22% du nombre total de décès liés aux accidents de la circulation routière ».
Le thème retenu pour cette septième édition était : « Le respect des passages piétons». Dépourvu de protection, le piéton est souvent considéré comme un usager qui n’a pas « droit » à l’espace routier. Ce qui le rend particulièrement vulnérable. Cette journée constitue une opportunité pour mettre l'accent sur les règles évidentes de courtoisie dans la circulation routière. A cet égard, les organisateurs exhortent les usagers motorisés à faciliter la traversée de la chaussée aux piétons.
Le département a considérablement amélioré le réseau routier du Mali avec l'aménagement des passerelles et le renforcement des marquages au sol, notamment les passages piétons. Pour les organisateurs, ce dispositif sécuritaire doit être appréhendé. D'où le thème « Le respect des passages piétons» qui  met l'accent sur la protection des piétons qui ont toutes les difficultés à se déplacer sur les passages piétons et qui, le plus souvent, ignorent que ces passages leur sont réservés. Par ailleurs, les passerelles qui enjambent certaines artères principales ne sont pas fréquentées à hauteur de souhait.
En outre, en l'absence de passages piétons et de passerelles, la proximité de la police reste un atout que les piétons désireux de traverser la route, doivent exploiter.
Pour le directeur général de l’ANASER, le chef d’escadron Mamadou Sidiki Konaté, lorsqu'on est tolérant et courtois sur la circulation, on peut diminuer les accidents.
Bréhima Traoré, L'Espérance

 

Retour à l'accueil