Tensions sociales

 

Une marche des enseignants fait des blessés dont certains admis en réanimation

Le mercredi 5 avril dernier, à la demande des Syndicats de l’Education Signataires de l’accord du 15 octobre 2016 (SYLDEF, SYNEB, SYNESEC, SYNEFCT, FENAREC, SYPESCO), les enseignants ont battu le pavé pour manifester leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement qu’ils accusent de laxisme. Sur leur trajet, les enseignants marcheurs ont lancé des slogans comme : « Statut Autonome ou rien», « Non à la Violation des Textes », « les Enseignants aussi sont des Maliens», « Non à la violation de l’accord du 8 janvier », « Barthélémy Togo dégage », « Non à la Banalisation des Revendications des Syndicats d’Enseignants », « Oui au Statut Autonome des Enseignants ».

A travers cette marche, les enseignants ont dénoncés : le peu d’intérêt et d’attention frisant le mépris de la part du Gouvernement face aux préoccupations des Syndicats de l’éducation, la légèreté et le manque de sincérité de la part du Gouvernement lors des négociations de nos différents préavis de grèves, le refus manifeste du Gouvernement de mettre en œuvre l’accord du 08 Janvier 2017 et le non-respect par le Gouvernement de ses propres engagements.

Selon Yacouba Diallo, Secrétaire Général Adjoint du SYLDEF, à l’issue des négociations ténues les 03 et 08 janvier 2017, un accord a été conclu le 08 janvier 2017 certifié par le procès-verbal de conciliation sur l’ensemble des points du préavis déposé le 22 décembre 2016. Dans ce procès-verbal, il est bien écrit que : l’Etat s’engage à donner un statut aux enseignants. Aucun aspect, dont la grille, ne sera occulté lors des travaux de la  commission qui sera mise en place à cet effet au plus tard le 31 janvier 2017. Et de poursuivre que les parties ont convenu sur la mise en place d’une commission de suivi de l’exécution des différents accords mais quand on s’est réunis dans la commission le Gouvernement a amené une autre plateforme qui est différent de notre procès-verbal, c’est vraiment déplorable « un Gouvernement qui s’engage et qui ne veut pas respecter ses engagements ». Selon Mr Diallo,  l’article 08 de la 87- 47 dit que si le Gouvernement s’engage à donner un accord aux syndicats, il est obligé à respecter et à tenir ces engagements donc on ne comprends plus, ils sont entraines de mentir, de dire de n’importe quoi, on veut notre statut avec grille ou rien.

Les syndicats ont réaffirmé au Gouvernement qu’ils restent toujours ouverts au dialogue et resteront toujours dans cette dynamique. Et déclarent qu’ils n’ont pas peur ni de l’intimidation, ni des menaces et pressions de toutes sortes dont ils font l’objet de la part du Gouvernement. Ils exigent l’application immédiate du procès-verbal du 08 janvier 2017 et pour cela ils sont prêts à utiliser tous les moyens légaux pour la satisfaction totale de leurs revendications.

La marche pacifique des enseignants a dégénéré. Vers la fin de la marche les policiers débordés ont sérieusement gazé les manifestations. Des tirs de gaz lacrymogènes et les bousculades dans la foule ont entraîné quelques cas de blessés.

Selon les organisateurs, aux urgences de l'hôpital Gabriel Touré,  on dénombre pour le moment 6 enseignants blessés, d'autres ont perdu connaissance et sont en réanimation.

Bréhima Traoré

Retour à l'accueil